L'acupression



Selon la médecine traditionnelle asiatique, notre corps serait traversé par des canaux énergétiques qui permettent à notre corps de se mouvoir, de se réchauffer, de se protéger des agressions. Ces canaux énergétiques invisibles et pourtant aussi actifs et primordiaux que nos vaisseaux sanguins s’appellent les méridiens. C’est d’ailleurs sur ces méridiens que l’on trouve les points d’acupuncture. Lorsque la circulation de l’énergie dans les méridiens n’est plus harmonieuse, le corps manifeste le déséquilibre par la douleur, la faiblesse ou par des comportements inhabituels. Il devient aussi plus vulnérable face aux attaques du quotidien.

En acupression ou « digipuncture », on utilise le bout des doigts pour presser les points d’acupuncture. De cette façon, le praticien travaille à la libre circulation énergétique. L’acupression peut s’utiliser localement, par exemple sur une zone douloureuse suite à un traumatisme, mais aussi sur des déséquilibres plus « internes » : maux de ventre, céphalées, coups de froid, … et également sur les troubles émotionnels !

L’association des massages traditionnels et de l’acupression est donc très intéressante parce qu’ainsi le praticien parvient en douceur à rétablir ou à maintenir un bien-être profond et durable chez le patient. C’est en fait joindre l’utile à l’agréable !

Cependant, lorsqu’il faut rapidement agir sur une douleur aiguë, chronique ou sur un malaise important, il est possible de dissocier ces deux disciplines ou du moins de faire des séances plus axées sur l’acupression que sur les massages traditionnels.

A titre indicatif : une séance à dominante acupression dure environ 30 minutes.